57 Mourir à Brest

Pour clôturer cette longue semaine, quoi de mieux qu’une bonne dose de fraîcheur et de douceur sur le port de plaisance, avec des sucreries indie-pop (HELLO PARIS, GWENDOLINE), du groove cotonneux (TRAMPFIRE), des machines détonnantes (RAYMOND D. BARRE) et un shot revigorant de house et d’électro (GAVIN & ROM de La Singerie) sous notre cri de ralliement de fin de festival : MOURIR À BREST !