COUVERTURE DE SURVIE

VENDREDI 8 FÉVRIER | Factory


France, Lille

Pour copier les Écritures, au début de Couverture de Survie il y a le verbe. Enfin il y a un verbe : rompre. Rompre tout court, rompre avec l’esthétique de la pop à guitare, rompre avec l’oisiveté estudiantine et son optimisme naïf. Ce projet naît d’une ascèse, c’est un reboot, c’est l’année zéro : tout est en ruine et il faut tout reconstruire. Au fil des morceaux l’hiver s’installe, la solitude aussi, il fait sombre mais la fête continue et la flicaille est plus que jamais à l’affût dans le pays de l’état d’urgence permanent. La couverture de survie a ce double avantage de protéger du froid comme du chaud, pratique dans un set qui part des pentes glacées du Mont Blanc pour se finir dans le brasier d’une ville pleine de C.R.S au beau milieu de l’été.



_ SUR LA MEME SCENE