Interview Motif

On a rencontré Jean-François du collectif Motif et on a parlé de leur alliance festive avec Numéro Cent Six et Echap pour Kemperle Communauteuf, de leurs projets et de leur vision de la teuf ! 

Pour commencer, tu peux nous faire une petite présentation de toi et ton collectif ?

Moi c’est Jean-François, je suis un des membres du collectif Motif. Le collectif est né il y a 2/3 ans, c’est un projet avec des potes de fac et quelques autres copains qui y se sont greffés. Donc on est une bande d’une dizaine de personnes avec un noyau dur de 5/6 personnes ! L’idée, c’était de faire des soirées, de se faire plaisir, avec chacun ses petits talents, chacun ses désirs.. Y’avait des artistes, certains qui font du live, certains qui font des DJ sets, un peu de tout !  Ça a commencé par des petites soirées dans les bars, puis on s’est développé un peu, aussi parce qu’on avait un peu plus d’argent. Il y a eu des collabs avec MICROKOSM, un collectif de Rennes, et le collectif Numéro Cent Six, avec qui on partage la terrasse du Vauban pour la 25ème édition d’Astropolis. Donc avec ces petites collabs on apprend sur le tas ! Avec l’open air du Made Festival au jardin du Thabor, à Rennes, on a eu un coup de pouce pour le lieu, mais on a vraiment fait le truc nous-même, c’était notre premier gros truc avec à peu près 700 personnes ! Pour un petit collectif c’était le rush, mais ça s’est très bien passé ! C’était notre premier gros événement, ça nous a permis de mettre un peu de côté et de faire un autre événement à l’Ubu où on a pu inviter des DJs qui venaient de loin : James Shinra, EOD, Lake Haze… Donc un bon line up et ça été un succès ! Actuellement le projet c’est monter des petites choses sur Paris, parce qu’on est beaucoup à Paris, et continuer d’en faire sur Rennes, peut-être de manière un petit peu plus alternative, pas forcément dans des clubs ou autres. Là on est en train de monter des trucs tout doucement ! Ces différentes aspirations, c’est aussi le reflet du groupe : y’a différentes personnalités, différents désirs, différents styles de musique. Moi ça va être la house, la trance prog, d’autres la techno indus, d’autres la break ou alors la tech house… Chacun a ses trucs : des projets différents, des line up différents… On est un crew assez éclectique je dirais !

Justement, l’esprit artistique de votre collectif, tu le définirais comment en quelques mots ?

Je sais même pas si je pourrais le définir, parce qu’il y a tellement de désirs différents que trouver une seule ligne artistique c’est compliqué, mais c’est aussi notre force ! Dans la même soirée on peut proposer différentes choses mais il n’y a pas une ligne vraiment définie… Une soirée va être à thème, mais le reste va vraiment différer selon les orgas.

Par rapport à votre open air pour le Made, au Parc du Thabor à Rennes, vous avez instauré une ambiance 666 avec sérigraphies sur t-shirts, DJ sets… D’où est venue l’idée de ce thème, qui contraste avec l’idée qu’on peut se faire d’un open air classique ?

Le jardin 666, c’est parce que la partie du Thabor où on organisait l’open air s’appelle l’Enfer, et on a trouvé ça marrant de faire le jardin 666 avec une scénographie avec une cabane un peu dégueu… Mais c’était une façade, l’ambiance n’était pas très 666, mais on trouvait ça marrant ! Les sérigraphies, c’est des copains, le Collectif Lapsus. Ils ont aussi un petit fanzine participatif du même nom qui change de thème à chaque publication. Ils étaient super sympas, ils ont ramené une super bonne ambiance, ça a très très bien marché, vraiment nickel ! 

Pour le Jardin 666, le Made Festival a laissé les clés du parc du Thabor à Motif

Tu définirais comment vos rapports avec les collectifs Echap et Numéro Cent Six ?

Alors moi je les connais moins bien que d’autres potes de mon collectif, parce que c’est Quimperlé quoi ! (ndlr : Jean-François habite à Paris) Ils se connaissent tous et c’est ouf de se dire que dans une si petite ville il y a autant de musiques électroniques, c’est assez cool !

« Les meilleurs teufeurs? Je dirais la Bretagne entière, aucune scission entre les départements, BZH !! »

Quel rôle ont-ils joué dans votre intégration à Quimperlé et en tant que collectif ?

Ce qu’ils ont joué dans notre intégration, ça je sais pas trop parce que les soirées qu’il y a sur Quimperlé c’est un peu des soirées famille, avec 200/300 personnes, tout le monde se connaît, donc ça joue pas forcément dans notre rayonnement régional on va dire. Après les deux crews nous ont aidé à forger notre expérience en nous intégrant à leurs organisations. Par exemple, Numéro Cent Six nous a soutenu en nous filant le chill, en faisant jouer certains de nos DJs… (ndlr : Il parle du festival Le Cirque de Numéro Cent Six). Donc nous on leur a filé un coup de main sur certains détails techniques, sur la déco du site, des choses comme ça ! En fin de compte ils nous ont aidé à nous forger notre expérience. Echap on a pas fait d’événements avec eux mais ils invitent nos Djs, on invite les leurs, ça nous permet aussi de se développer.

Entre le 29, le 22, le 35 et même Paris où vous commencez à vous développer un peu, où est ce que l’on trouve les meilleurs teufeurs selon toi? 

Entre tous ces départements? Je dirais la Bretagne tout court, pas de scission entre les départements (rires). Je ne prends aucun risque, moi je suis né à Brest, j’ai grandi à Vannes, j’ai fait mes études à Rennes… Le 22 je connais pas trop mais bon ! Aucune scission, BZH !

Vous avez enchaîné les événements dans plein de lieux différents, le Thabor pour le Made Festival, l’Ubu, Le Chantier à Rennes, d’autres à Quimperlé, bientôt Astropolis à Brest… Quel est l’événement que vous rêveriez d’organiser?

Je vais parler pour moi, c’est difficile de parler au nom du collectif pour ce genre de question. Moi je kifferais organiser un truc dans la campagne pour 400 – 600 personnes, un truc un peu en ambiance guinguette ! Une scène très éclectique, limite ça commençerais avec des groupes de rock, puis de funk, derrière tu enchaînes sur les platines, tu envoies du gros DJ set full vinyles, tu commences par de la house puis t’envoies masse live techno… Tu gardes cette ambiance où limite tout le monde est déguisé, t’as des confettis, enfin c’est la merde tu vois (rires) ! Une sorte de Fest-Noz / teuf, les gens viennent avec leur propre alcool sur le site, nous on vend nos bières, des galettes saucisses… On joue local quoi ! Moi si je devais organiser un festival sur deux jours comme ça, je le ferais un peu à l’image de Visions, une grosse ambiance conviviale la journée et le soir ça part en mode fiesta, les gens sont déguisés, tout le monde s’amuse quoi ! 

Photo explicite de la soirée Accident de cerveau de Motif à l’Ubu.  

Bon eh ben nous on est chauds ! Est ce que tu peux nous parler un peu de ton histoire avec Astro, tes expériences de festivaliers, tes découvertes, tes anecdotes?

Astro et moi ça a commencé il y a 5 ans. J’ai fait ma toute première édition pour les 20 ans du festival, je n’avais fait aucune soirée techno de toute ma vie, j’écoutais vite fait un peu de son. Il pleuvait, on est arrivés hyper tôt, il devait être 14h. A Beau Rivage il n’y avait encore personne, on était avec des sacs poubelles sur nous, avec les grands frères grandes soeurs, des copains qui avaient genre 25, 30 ans et nous à l’époque on était tout jeune, 18, 19 ans quoi, des minots ! Je vous laisse imaginer le tableau ! ! Et on a passé un festival de fou… Je me souviens du petit matin dans La Cour, le dernier DJ set était énorme ! Mais même toute la nuit en fait, j’ai pris une énorme claque et après j’ai pas arrêté. Astro j’y vais tous les ans, même quand je suis en galère de tunes je me dit “raah allez je vais quand même y aller !” (rires). 

« Astro et moi ça a commencé il y a 5 ans. J’ai pris une énorme claque et après je me suis pas arrêté, j’y vais tous les ans »

Quel message vous voulez faire passer au public pour les préparer à l’assaut sonore de Kemperle Communauteuf qui envahira le Vauban? 

Je dirais que ça va être un peu à l’image des gens qui vont mixer et de ceux qui seront présents quoi. Des gens d’Echap, de Numéro Cent Six, de Motif, globalement on se connaît tous, on est tous potes donc ça sera une grosse ambiance entre potes, bien chafouin, avec de la bonne bière et de la galette saucisse ! Je pense que ça sera ambiance famille, très convivial. Mine de rien il y a tous les autres événements à côté, Beaurivage et tous les autres, donc les gens qui vont se ramener seront ceux qui ont déjà entendu parler des collectifs et ils viendront en connaissance de cause.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *